Le numérique

Ce rapport d’étonnement n’est pas un plan numérique.

C’est un recueil d’idées et de propositions pour amorcer la discussion collective le plus rapidement possible. Elles sont issues d’une série de rencontres d’un premier groupe d’étonnés, tous convaincus qu’ils sont loin d’être seuls à s’étonner devant le peu d’envergure et de prévoyance de nos élus face aux mutations numériques en cours. 

Un plan numérique doit améliorer le mieux-être des citoyens ; il agit sur les fondements même de notre nouvelle société qui émerge.

La connectivité numérique est le vecteur qui modifie autant les structures économiques que culturelles ; c’est un espace qui nous force à inventer une nouvelle façon de vivre ensemble.

Le numérique c’est :

  • Culturellement : un lien électronique entre le tiers des sept milliards d’êtres humains vivants sur notre planète, dont la moitié ont moins de 25 ans.
  • Économiquement : une réorganisation des activités autour de l’économie immatérielle ; c’est d’ailleurs le seul secteur de croissance en progression actuellement.
  • Politiquement : c’est une place publique que les citoyens commencent à investir pour accepter ou refuser les modèles ou les projets proposés par leurs gouvernants.

Le numérique nous condamne à devenir plus inventif et plus intelligent.

Brancher le Québec sur quoi, pour qui et à quelle fin ?

Le budget annuel estimé pour le numérique au Gouvernement du Québec se situe entre 8 et 10 milliards.

Le volume d’affaires annuel de l’industrie numérique au Québec est de près de 25 milliards (Affaires Extérieures Canada).

Elle compte plus de 8 000 entreprises qui génèrent plus de 150 000 emplois (ISQ).

Sphères d’action :

  • Soutien à la gouvernance : le numérique permettant à la fois une production et une diffusion des informations gouvernementales.
  • Soutien à l’économie : le numérique permettant une plus grande présence québécoise sur le Web.
  • Soutien aux citoyens : le numérique permettant une meilleure participation à la société.
  • Soutien aux infrastructures : le numérique permettant de développer une multi plateforme de nouvelle génération permettant de réduire la fracture numérique.

En plus des quatre sphères le plan numérique englobe aussi
une action ciblée sur :

  • Soutien au DPI : le plan numérique adaptant l’appareil de l’État aux nouvelles tendances technologiques et sociétales émergentes.

À propos de Mario Asselin

Je me suis intéressé au Web participatif en octobre 2002 du temps où j'étais directeur d'école. Depuis plus de dix ans, j'anime vigoureusement mon blogue « Mario tout de go» qui a toujours été une sorte de carnet de bord. Après 22 ans à oeuvrer dans le réseau scolaire, je suis passé au monde des affaires en 2005, via Opossum (une division de iXmédia), puis en 2012 à titre de conseiller stratégique pour le Groupe Loran. Je m'intéresse à la formation, au domaine des communautés de pratique à la communication organisationnelle, à la gouvernance ouverte et au mouvement OpenData. Je collabore depuis mai 2011 aux projets de la formation politique dirigée par François Legault, la Coalition Avenir Québec. Je suis Conseiller Senior à l'Aile parlementaire du 2e groupe d'opposition.
Ce contenu a été publié dans Le rapport d’étonnement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le numérique

  1. L’INNOVATION NUMÉRIQUE ET LE GOUVERNEMENT

    Ce n’est pas vraiment peine perdue que de vouloir attirer l’attention du gouvernement sur l’avenir numérique du Québec. Dans l’opposition, alors que le PQ avait moins de chats à fouetter, on était sensible à la situation.

    Pour preuve, voici un article du Devoir de juin 2010 (le sujet ne date pas d’hier) écrit par Fabien Deglise qui avait été repris entièrement sur le site du PQ http://bit.ly/Sp9uAu . Il faut croire que l’éditeur du site avait trouvé cela pertinent. Si c’était bon pour critiquer le gouvernement Charest, est-ce que ça le demeure aussi pour critiquer, s’il ne prend pas la chose au sérieux, le gouvernement en place ?

  2. Ping : La Commission Européenne s'active et pendant ce temps-là au Québec on "s'étonne" ! | Cyberdispute | Virginie Gaquière, médiation, online dispute resolution, règlement en ligne des litiges, commerce électronique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s