Économie

Une présence québécoise accrue sur le web

 


Le Québec
à un PIB de 399 milliards $
(188 milliards pour les services) (ISQ).
Il est en 27’ position mondiale pour
le PIB par habitant (49’ PIB total).
Au 94’ rang mondial au chapitre de la population.
Sa compétitivité mondiale est au 15’ rang (10’ pour le Canada, 5’ rang il y 20 ans (OCDE).
  • Assurer la prospérité fondée sur la création de valeur par le partage, autant en région rurale et éloignée que dans les régions urbaines.
  • Identifier clairement les problématiques et défis sociaux-économiques et débattre sur les meilleures solutions pour leur faire face.
  • Tenir compte de l’émergence des audiences profilées qui vont se développer via les niches utilisant le narrowcasting.
  • Encourager la mutualisation des connaissances.
  • Encourager la géolocalisation (donc la comparaison locale de l’offre) qui rend les marchés plus fluides et développer une économie de l’immatériel en privilégiant les services géolocalisés.
  • Contrer la rapide désuétude des interfaces et des plateformes.
  • Encourager les transferts technologiques par des rencontres : congrès, hackathon, concours de créativité, etc.
  • Assurer la protection, la pérennité, l’ouverture et la sécurité des données ; développer une plus grande cybersécurité.
  • Accélérer la transition vers un économie numérique qui se développera à partir des nouveaux espaces de connectivité et de proximité comme la maison, le bureau, l’automobile et la salle de classe). Revenir de Wall Street vers Main Street. Amorcer une forme de réindustrialisation ?
  • Favoriser l’apparition de pôles de développement d’entreprises numériques (technopoles) autour de l’aménagement d’entrepôts de données.
  • Favoriser l’incubation de nouvelles entreprises technologiques et encourager l’investissement en capital de risque
  • Préparer l’après pétrole, c’est-à-dire le Québec vert : TIC + écologie + empreinte carbone.
  • Favoriser l’économie sociale en développant les activités communautaires, en soutenant les initiatives de Fab labs comme lieux de création, de prototypage, de solutions et d’innovation.
  • Favoriser les nouvelles sources de droit ascendant (CC).
  • Subventionner les organismes ou entreprises qui font rayonner le Québec à l’étranger et favoriser l’organisation de missions numériques.
  • Développer une compréhension et soutenir une économie des communs, une économie ouverte.

A propos Mario Asselin

Je me suis intéressé au Web participatif en octobre 2002 du temps où j'étais directeur d'école. Depuis près de quinze ans, j'anime vigoureusement mon blogue « Mario tout de go» qui a toujours été une sorte de carnet de bord et est maintenant aussi une véritable entreprise. Après 22 ans à oeuvrer dans le réseau scolaire, je suis passé au monde des affaires en 2005, via Opossum (une division de iXmédia) et maintenant à mon propre compte. Je m'intéresse à la formation, au domaine des communautés de pratique à la communication organisationnelle, à la gouvernance ouverte et au mouvement OpenData. Je collabore depuis mai 2011 aux projets de la formation politique dirigée par François Legault, la Coalition Avenir Québec.
Cet article a été publié dans Le rapport d’étonnement. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s