Notre démarche…

Ce matin jeudi 22 novembre, notre groupe a organisé une rencontre de presse pour initier une démarche pouvant nous conduire à adopter un Plan numérique pour le Québec.

Nous ne sommes pas le premier groupe à tenter « le coup ».

Au lendemain du 4 septembre, avec l’arrivée d’un nouveau gouvernement, quelques-uns d’entre nous ont pensé qu’il fallait reparler de cet enjeu du numérique. Parce qu’on prend du retard, parce que nous déplorons le manque de volonté politique, parce que nous avons souvent l’impression qu’ailleurs ça avance plus vite que chez nous et pour toutes sortes d’autres raisons.

Quelques personnes issues du numérique se sont donc retrouvées autour d’une table et nous avons convenu de travailler à huit, puis à dix et bientôt à treize pour construire à 26 mains un rapport d’étonnement, une façon de dire que nous voulions faire réagir. La revue de presse témoigne que les réactions furent nombreuses.

Jusqu’à aujourd’hui, bien que nous n’ayons pas caché travailler sur le sujet d’un plan numérique pour le Québec, il était difficile pour les internautes de se joindre à la discussion. Maintenant, ça devient possible. Attention, nous ne proposons pas un Plan numérique. Nous voulons par contre partir d’un document pour initier une consultation. Avec la publication de ce blogue, c’est maintenant possible de réagir…

Nous voulions attirer l’attention de ceux qui nous gouvernent. Notre démarche n’est sûrement pas parfaite, mais maintenant qu’elle a suscité de l’intérêt, il est temps de démontrer aux médias et à la classe politique que ce sujet est important.

Tout commentaire enrichira la discussion et permettra de prévoir la suite des choses… que pour l’instant, nous ne connaissons pas.

Pendant la rencontre de presse, nous prévoyons afficher certaines citations de quelques-uns d’entre nous. N’hésitez pas à ajouter la vôtre au bas de ce billet…

(Claude Malaison)
« Je suis étonné du retard numérique de nos entreprises. Nous ferions beaucoup mieux collectivement si on alignait notre développement vers les nouvelles technologies et entreprises numériques, vers l’exploitation du savoir et non plus seulement de l’avoir. »

(Jean-François Gauthier)
« Je suis étonné du retard que nous avons à comprendre l’opportunité que représente le virage vers une démocratie ouverte; passer de producteur de service à celui de diffuseur d’information peut permettre de rétablir la confiance du public et de générer des économies substantielles pour notre gouvernement. »

(Mario Asselin)
« Je suis étonné du peu d’attention portée à ces jeunes qui arrivent sur le marché du travail pour qui publier et diffuser est dans le prolongement du geste de communiquer, d’écrire, de jouer de la musique, de photographier ou de filmer ce qui serait une occasion privilégiée de s’approprier le travail en réseaux; le numérique forme, l’économie se transforme ! »

(René Barsalo)
« Je suis étonné que nos élus associent plan numérique et accès Internet sans réaliser que le sujet inclut également la sécurité des informations personnelles et publiques, la gestion d’appels d’offres, le développement régional, les télésoins, la culture et l’éducation. »

(Monique Chartrand)
« Je suis étonnée que nous discutions encore ici – sans plus d’action décisive – comment familiariser tous les segments de la population aux technologies numériques alors que l’Europe est très avancée en la matière, disposant déjà de tout un réseau de recherche et de développement d’innovations avec et par les citoyens eux-mêmes. »

(Michelle Blanc)
« Je suis étonnée que le tourisme ait un ministère, des fonctionnaires et un budget alors qu’il rapporte $10 milliards de revenus pour le Québec comparativement aux TI qui elles en rapportent $25 milliards dont 30% sont exportés aux É-U, sans aucune planification. Quel est notre plan pour empocher une portion du $4,2 billions de croissances économiques du numérique dans les pays du G20 qui est prévu d’ici 2016? »

(Michel Cartier)
« On ne subit pas l’avenir, on le fait ! »

(Monique Chartrand)
« La révolution socio-technique en cours est celle d’une population qui s’approprie les outils technologiques pour les mettre au service du bien commun, d’une culture de partage et d’une plus grande participation à la vie démocratique. »

(Hervé Fischer)
« Il faut réveiller le Québec.
Dans tous les aspects de notre vie collective et individuelle, le futur est numérique. Et il est déjà présent, nous imposant une stratégie fondamentale, incontournable et prioritaire pour le développement économique et identitaire du Québec. Notre demande interpelle l’intelligence de notre gouvernance québécoise pour une décision historique. »

(René Barsalo)
« Il est urgent de débuter le design de notre société numérique, sachant qu’elle nous façonnera par la suite. »

(Sylvain Carle)
« Collaboration. Échange. Transparence. Ouverture. De biens grands mots, mais des principes qu’on retrouve dans tous les traités moderne d’innovation aux sein des entreprises à succès comme des mouvements sociaux qui ont un impact aujourd’hui. Il faut apprendre à travailler autrement. À réussir à faire des courtepointes à plusieurs plutôt que des soliloques. Plus/cercle des fermières/que/Nelligan/. Du moins, pas l’un sans l’autre. »

A propos Mario Asselin

Je me suis intéressé au Web participatif en octobre 2002 du temps où j'étais directeur d'école. Depuis près de quinze ans, j'anime vigoureusement mon blogue « Mario tout de go» qui a toujours été une sorte de carnet de bord et est maintenant aussi une véritable entreprise. Après 22 ans à oeuvrer dans le réseau scolaire, je suis passé au monde des affaires en 2005, via Opossum (une division de iXmédia) et maintenant à mon propre compte. Je m'intéresse à la formation, au domaine des communautés de pratique à la communication organisationnelle, à la gouvernance ouverte et au mouvement OpenData. Je collabore depuis mai 2011 aux projets de la formation politique dirigée par François Legault, la Coalition Avenir Québec.
Cet article a été publié dans On jase.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Notre démarche…

  1. Ping : Après les lucides et les indignés, voici les étonnés… | Mario tout de go

  2. Je suis étonné qu’on parle de « virage numérique », alors qu’il est question d’une véritable révolution qui rivalise déjà avec l’invention de l’imprimerie de Gutenberg. Nous n’avons pas fini de nous étonner: nous sous-estimons grandement les impacts de la révolution numérique sur nos vies.
    Le futur de la démocratie est dans l’Internet libre et universel. Je m’étonne aussi que nos gouvernements n’ont pas encore mis l’accès numérique dans la liste des besoins essentiels. Soyons innovateurs, c’est dans l’avantage de tous et toutes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s